Événement

 

Sweet Nothings — Quelqu’un à l’horizon?

  • La Sala Rossa
    4848, boulevard Saint-Laurent, 3e (près de l’angle Saint-Joseph)
    Samedi 14 février 2004
    20h30

OK on le sait! C’est la Saint-Valentin. On n’y peut rien alors on fait avec. On accueille tout le monde: les couplés, les esseulés, les en attente, les qui espèrent, les qui désespèrent, les qui n’attendent plus rien. Peu importe votre statut, l’endroit où il faut être et où ÇA va se passer ce soir c’est à la Sala Rossa. C’est LE lieu de rencontre en français, en anglais et en langues autochtones.

Avec la poète francophone Marie SAVARD, une des premières à présenter la poésie chantée et scandée dans la tradition du spoken word avant même que l’expression ne fasse son chemin du côté francophone; l’écrivaine anglophone Kateri AKIWENZIE-DAMM*, une anishabe d'ascendance mixte de la première nation des Chippewas de Nawash (Ontario); le conteur francophone Simon GAUTHIER bien connu pour sa verve et sa fougue; le conteur amérindien Bob BOURDON, fils d'une mère Mic-Mac et d'un père Métis du Mississipi, qui se produit tant en français qu’en anglais accompagné de son tambour; l’auteur, metteur en scène et acteur Yves Sioui Durand, membre de la nation Huronne-Wendat, qui travaille à créer un théâtre mythologique amérindien; le jeune chanteur multi-instrumentiste anglophone francophile montréalais (ouf!) Paul Cargnello. À eux se joint le fabuleux et étrange duo TAIMA PROJECT qui réunit Alain AUGER, musicien blanc francophone élevé en Abitibi, et la chanteuse et cinéaste Elisapie ISAAC, autochtone Inuk originaire du Nunavik, qui s’exprime en français, en anglais et en inuktituk.

Le house band de cette soirée blind date sera composé de Bernard FALAISE (guitare), Fred BOUDREAULT (basse) et Alexis MARTIN (pas le comédien mais le percussionniste bien entendu). Comme dirait Falaise: on est en business!

* Kateri AKIWENZIE-DAMM donnera aussi un atelier de création littéraire à des étudiants autochtones le samedi 14 février de 11h à 14h (en collaboration avec Terres en vues et le McGill First Peoples’ House).